Crédits : Vincent Colin
enquete 16-25 ans UCPA - tendances sportives
 

Au coeur de cet observatoire, l’UCPA révèle les résultats d’une enquête sur les loisirs sportifs des 16-25 ans réalisée par le CREDOC (Centre de Recherche pour l’Etude et l’Observation des Conditions de Vie) auprès d’un échantillon représentatif de 1000 jeunes qui chaque année permet de suivre les évolutions, les nouveautés et d’explorer de nouvelles dimensions des loisirs sportifs des 16-25 ans.

 

Enquête, les résultats

Avec 72% d’entre eux qui font du sport au moins une fois par semaine (+4 points par rapport à 2015) et 53% plusieurs fois par semaine voire quotidiennement (+8 points par rapport à 2015), les 16-25 ans confirment les changements observés depuis 2015.

Baromètre 16-25 ans UCPA

Ils sont plus assidus dans leur pratique et recherchent davantage de diversité dans leurs expériences avec 2,9 activités pratiquées en moyenne en 2017, contre 2,4 en 2016.

Baromètre 16-25 ans UCPA

Autre constat, ils sont de moins en moins portés sur la compétition avec seulement 26% d’entre eux qui déclarent pratiquer un sport en compétition en 2017.

Baromètre 16-25 ans UCPA

En 2017, un jeune sur deux fait du sport à domicile et privilégie donc une pratique libre à une pratique encadrée (+20 points vs 2015), quand 34% font le choix de faire du sport en pleine nature (+3% vs 2015).

Baromètre 16-25 ans UCPA

Le top 10 des sports les plus pratiqués par les 16-25 ans confirme, pour la troisième année consécutive, une appétence marquée pour la musculation, le fitness et le running. En 2017, un jeune sur deux pratique la musculation et/ou le fitness quand un sur trois choisit le running.

Baromètre 16-25 ans UCPA

On observe également que les 16-25 ans sont davantage enclin à relayer leur sport sur les réseaux sociaux. 39% d’entre eux partagent désormais leurs photos (+11 points vs 2015) et 20% diffusent des vidéos de leurs activités sportives sur les réseaux sociaux (+5 points vs 2015).

Baromètre 16-25 ans UCPA

“ Que signifie l’augmentation conséquente de la pratique « chez soi », à divers égards paradoxale avec la volonté affirmée par les jeunes eux-mêmes de vouloir partager des expériences dans le cadre de la pratique, modèle sur lequel se fonde pourtant le club, l’association ? Comment interpréter, ensuite, la recherche d’un objectif de santé et de bien-être, finalité à l’apparence bien raisonnée et « mature » a priori pour des 16-25 ans ? Les jeunes sont sportifs, s’ouvrent à la diversité des cultures sportives et y recherchent un épanouissement. On note que le plébiscite des activités de musculation chez les garçons, de fitness et renforcement chez les filles, de running et de natation chez les deux sexes, n’exclut toutefois pas un engagement dans des activités collectives. Ces pratiques sportives attestent en tout cas d’une forme de prise en main par chacun de son parcours de sportif. Une meilleure prise en compte de cette volonté d’autonomie, d’ouverture et de partage des jeunes, est un enjeu crucial pour les acteurs sportifs et socio-éducatifs”, explique Julien Fuchs, enseignant chercheur spécialiste des cultures sportives et de la jeunesse.

   

*L’enquête “Les 16-25 ans et les loisirs sportifs” a été réalisée en ligne par le CREDOC, du 6 au 20 juin 2017, auprès d’un échantillon de 1000 individus représentatifs en France des personnes âgées de 16 à 25 ans selon la méthode des quotas.